Ouverture d’une enquête anti-dumping sur les importations de tapis de Chine, d’Égypte et de Jordanie

Saisi par l’AMITH, le ministère de l’Industrie et du Commerce a décidé d’ouvrir une enquête sur les importations de tapis à fabrication mécanique en provenance de Chine, d’Égypte et de Jordanie.

Par

L’AMITH affirme que ces importations ont connu “une augmentation remarquable en absolu et par rapport à la production et la consommation nationales”. Crédit: STR / AFP

Suite à une requête émanant de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), le ministère de l’Industrie, du Commerce, de l’Économie verte et numérique s’apprête à ouvrir ce jeudi 31 décembre une enquête anti-dumping sur les importations de tapis et autres revêtements de sol en matières textiles à fabrication mécanique originaires de Chine, d’Égypte et de Jordanie.

Ces importations feraient l’objet d’un dumping et constitueraient une menace de dommage à la branche de production nationale”, selon l’AMITH.

Défense commerciale

Dans un avis public consulté par TelQuel, le département du Commerce fait part de ses conclusions après examen de cette requête : “Les éléments présentés sont objectifs et suffisants pour justifier l’ouverture d’une enquête antidumping conformément aux dispositions de l’article 17 de la loi n° 15-09 relative aux mesures de défense commerciale.

La requête de l’AMITH est fondée sur “une comparaison entre la valeur normale moyenne des tapis mécaniques dans les pays exportateurs considérés et un prix à l’exportation moyen calculé à partir des prix d’importation CAF (coût, assurance, fret, ndlr) de l’Office des changes dans le cas de l’Égypte et de la Jordanie, et des prix d’exportation de l’administration des douanes chinoises dans le cas de la Chine”. À noter que les prix ont été comparés au même stade commercial, à savoir la “sortie usine”. Ainsi, les marges de dumping obtenues dépassent largement le niveau de minimis (2 %).

L’AMITH affirme que ces importations ont connu “une augmentation remarquable en absolu et par rapport à la production et la consommation nationales”, notant que “leur part de marché a également connu une augmentation substantielle”.

Ces importations ont par ailleurs impacté négativement les prix de vente de ces tapis sur le marché marocain, causant une “sérieuse menace de détérioration de la situation économique de la branche de production nationale des tapis mécaniques”.

Pour ce qui est des produits objets de l’enquête du ministère, le département du Commerce précise dans son avis que les mesures anti-dumping concernent “le tapis et autres revêtements de sol en matière de textiles à fabrication mécanique, qu’ils soient noués ou enroulés, tissés, touffetés ou non, non floqués, en feutre ou autres, confectionnés ou non, relevant des positions tarifaires du système harmonisé national”.

À la suite de cette enquête, des droits anti-dumping pourraient être appliqués aux importations de tapis à fabrication mécanique afin de contrer la concurrence déloyale et protéger les filières de production nationale, à l’image des mesures de sauvegarde appliquées sur les importations de textile en provenance de Turquie, instaurées depuis janvier 2018 et revues en 2020.

article suivant

Maroc et États-Unis main dans la main pour lutter contre le trafic illicite de pièces archéologiques marocaines