Déprime, fatigue, décrochage : la crise sanitaire isole les étudiants marocains arrivés en France cette année

Avec la crise sanitaire, beaucoup d’étudiants marocains arrivés en France au début de l’année universitaire se retrouvent seuls, dans un pays qu’ils ne connaissent pas. Entre confinement et cours à distance, certains vivent le quotidien comme un enfer.

Par

Vous allez vous dire que je suis folle, mais pendant le confinement je me suis mise à parler toute seule”, lâche Salma dans son combiné. La Casablancaise de presque 19 ans a déménagé à Nancy en août 2020 pour intégrer une classe préparatoire en physique-chimie. Ses cours avaient débuté en septembre, en présentiel. Mi-octobre, le confinement est déclaré, “c’était une catastrophe”.

Salma n’a pas eu le temps de trouver ses repères dans une France qu’elle ne connaissait jusque-là “que pour les vacances”. Elle se retrouve seule dans sa chambre en résidence étudiante, à tenter de suivre les cours derrière son écran d’ordinateur, sans wifi, via la connexion partagée de son téléphone portable. Difficile de travailler dans ces conditions. Salma accumule du retard dans une filière qui ne lui plaît pas vraiment.

Les jours passent et la solitude lui pèse. “Je…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés