Vaccin, le saut dans l’inconnu

2020 aura été un véritable parcours du combattant pour notre système de santé, qui frôlait déjà l’apoplexie. À bout de souffle après neuf mois de crise sanitaire et près de 6500 morts liées à la pandémie, il doit encore livrer une dernière bataille : réussir à vacciner 25 millions de Marocains contre le Covid-19, soit la quasi-totalité de la population adulte. Il doit le faire rapidement pour espérer mettre fin à ce cauchemar.

Par et

Le Maroc envisage de vacciner 80% de sa population
La campagne nationale de vaccination a pour objectif d’atteindre un taux de couverture d’au moins 80 %, nécessaire pour assurer l’immunité collective et aller vers un retour à la vie normale. Crédit: AFP

Cela représente un défi logistique d’une ampleur inédite dans un Maroc qui manque cruellement d’infrastructures sanitaires – la crise nous l’aura prouvé, une fois de plus. Un défi pour lequel l’État n’a pas le droit à l’erreur, car c’est la vie des citoyens qui est en jeu. Mais c’est aussi la relance de l’économie et de l’emploi. C’est enfin le futur des jeunes générations, privées d’un enseignement digne de ce nom depuis des mois. Le challenge est double. Vacciner certes, mais d’abord convaincre la population de le faire. Et pour convaincre, il faut de la clarté et de la transparence dans la communication pour mobiliser les troupes et éviter qu’elles…

article suivant

Exclu Qitab : "L’Idéologie Arabe Contemporaine", Abdallah Laroui réédité