Phénomène : quitter la ville ou la changer pour vivre autrement

Ils ont décidé de changer de vie, 
en transformant leur manière de consommer, d’éduquer, ou en quittant 
la ville pour un retour aux sources. Décryptage d’une avant-garde.

Par et

Telquel

Et s’il fallait tout plaquer pour vivre mieux ? L’idée peine encore à faire son chemin. Pourtant, certains ont déjà fait le grand saut. “Je ne veux plus vivre en ville, entre quatre murs, avec des voisins énervés, des voitures partout, du bruit… Là, je suis entouré de poules et de chèvres, en train de construire un écodôme dans une ferme à Benslimane”, nous raconte Othmane Lahrichi, chef d’entreprise casablancais. Quitter la ville, changer totalement de mode de vie, construire différemment, ne plus surconsommer… ils ont franchi le cap, autant par conviction écologique que par ras-le-bol. Pour tous, un seul fil conducteur : revenir à l’essentiel. “Moins on a besoin de choses, plus on est heureux”, poursuit l’aventurier de 38 ans. Mus par un besoin de préserver leur environnement, confortés par la crise du Covid qui a “mis chacun face à lui-même”, d’après le sociologue Mehdi Alioua, ces Marocains ont fait le choix de réaliser…

article suivant

Rapport : le CESE plaide pour une politique d’innovation et une meilleure gestion du capital intellectuel