Vaccination contre le Covid-19 : ce qu’il faut retenir de l’intervention de Khalid Aït Taleb sur 2M

Le ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, est intervenu dans la capsule “Sihatna Jamii” (“Notre santé à tous”), diffusée par 2M ce dimanche soir afin de faire un point sur la campagne de vaccination contre le Covid-19 qui sera lancée dans les prochains jours. Voici ce qu’on en a retenu.

Par

Conférence de presse du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Alors que le monde vit au rythme de la seconde vague pandémique, le sujet de la vaccination contre le coronavirus fait toujours débat. Au Maroc, la campagne de vaccination devrait débuter en ce mois de décembre, mais plusieurs questions demeurent sans réponses. Dans son intervention lors de la capsule “Sihatna Jamii” sur 2M, Khalid Aït Taleb, le ministre de la Santé, a essayé de clarifier la situation.

Vaccin non obligatoire, mais indispensable?

Par ses mots, Khalid Aït Taleb n’a en aucun cas déclaré que le vaccin contre le Covid-19 sera imposé aux Marocains. Le ministre de la Santé a néanmoins rappelé son importance, non seulement pour les Marocains, mais pour l’humanité de façon plus générale.

“Le vaccin sera volontaire, jamais obligatoire. Mais je pense que les personnes n’auront aucun mal à participer au programme national de vaccination pour le bien de l’humanité, car le Marocain voudra sûrement voyager, et à ce moment, la problématique sera posée”, a déclaré Khalid Aït Taleb, concernant l’obligation de vaccination.

Suivi des vaccinés

Depuis l’annonce de la campagne de vaccination, les rumeurs et les débats font l’actualité sur les réseaux sociaux quant à la viabilité du vaccin choisi par le Maroc. Le ministre a tenu à rassurer : un suivi sera assuré pour toutes les personnes vaccinées durant la campagne.

Nous étudions la stratégie à déployer pour réussir la campagne à tous les niveaux. Nous travaillons sur la base légale, la logistique et la programmation de la vaccination. De plus, nous travaillons également sur l’accompagnement central et régional ainsi que le suivi post-vaccination, car il est presque plus important que la vaccination en elle-même (…). Les vaccinés seront suivis de près. Un QR code leur sera attribué et ils seront enregistrés sur des listes électroniques. Nous tenons à ce que les Marocains soient les premiers à être vaccinés, car dans l’avenir, le passeport immunologique sera obligatoire pour circuler librement dans le monde entier”, a expliqué le ministre de la Santé.

Un passeport immunologique pour voyager

Si le vaccin n’est pas obligatoire, certains citoyens qui voudront profiter de leurs vacances hors Maroc ou voyager pour des affaires seront dans l’obligation de présenter un passeport immunologique, comme l’explique le ministre en évoquant “le passeport Covid”.

Il ne sera pas possible de voyager sans un passeport Covid. Ce n’est pas une première, aujourd’hui on ne peut pas réaliser de pèlerinage à la Mecque sans avoir fait quelques vaccins obligatoires. Le Maroc a ainsi choisi des vaccins reconnus par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et qui font partie du programme Covax. Je pense que les Marocains sont intelligents et n’hésiteront pas à se faire vacciner”, a indiqué le ministre.

Entre la gratuité et le remboursement

Concernant la gratuité du vaccin, Khalid Aït Taleb a précisé que les plus démunis pourront profiter gratuitement du vaccin contre le coronavirus. En revanche, les personnes qui bénéficient d’une couverture médicale seront remboursées.

On ne parlera pas de combien le vaccin coûte, mais je peux vous assurer que le pays a tout mis en œuvre pour le mettre à disposition des citoyens. Ainsi, les personnes les plus démunies pourront en profiter gratuitement. Les personnes bénéficiant de la couverture médicale seront quant à elles remboursées par les assurances ou les organisations qui gèrent l’Assurance maladie obligatoire (AMO), car il fait partie de la liste des vaccins remboursables”, a conclu le ministre de la Santé.

article suivant

Sahara, rapprochement Maroc-Israël, liens Rabat-Washington: les dernières confidences de David Fischer