Présidentielles au Burkina Faso, épisode 1 : l’interminable attente

Cinq ans après la première transition démocratique de son histoire, le Burkina Faso a organisé, dimanche 22 novembre, des élections présidentielles et législatives. Un double scrutin au déroulement controversé, mais dont les résultats provisoires offrent au président Roch Kaboré un second mandat. Reportage.

Par

Une électrice dépose son bulletin dans un bureau de vote situé dans une gare routière de Ouagadougou, le 22 novembre. Crédit: OLYMPIA DE MAISMONT / AFP

Il est 7 h 30, ce dimanche matin. Des dizaines de journalistes burkinabè et étrangers se bousculent dans une salle de classe exiguë, au centre de laquelle trônent deux hautes caisses transparentes. L’école élémentaire de la Patte d’oie, un quartier situé dans le sud de la capitale Ouagadougou, a été transformée en bureau de vote à l’occasion des élections présidentielles et législatives couplées.

à lire aussi

C’est ici que le chef de l’État sortant, Roch Marc Christian Kaboré, a pour habitude d’accomplir son devoir civique. Après quelques minutes d’attente, un cortège de 4×4 noirs aux vitres teintées se fraie un chemin au milieu des électeurs et des curieux qui piétinent la terre battue de la vaste cour. Le visage dissimulé sous un masque chirurgical et des lunettes de soleil opaques, drapé dans un boubou bleu et blanc, le candidat à sa…

article suivant

Rapport : le CESE plaide pour une politique d’innovation et une meilleure gestion du capital intellectuel