Taxer les produits sucrés : le débat de plus en plus salé

Taxer le sucre, il en a été beaucoup question au parlement au cours de ces dernières années, notamment lors de la discussion des Projets de Loi de Finances. Pour le PLF 2021, une proposition du PJD est venue raviver le débat autour de la taxe comportementale, mais cette année, les produits sucrés ont réussi à passer à travers les mailles du filet.

Par

Entre la santé de la population et la santé de l’industrie, la conjoncture a tranché. Crédit: Luis Aguila / Unplash

Une fois de plus, le débat sur la taxe intérieure de consommation (TIC) concernant les produits contenant du sucre revient sur le devant de la scène. Après une première augmentation de 50%, entrée en vigueur en 2019, le groupe parlementaire du PJD a proposé cette année un amendement au PLF 2021 pour inclure d’autres boissons et produits contenant du sucre, notamment les produits laitiers, les biscuits, les chocolats, les glaces et autres confiseries. Dans le détail, le parti de la lampe a proposé une TIC de 40 dirhams par hectolitre de produit lacté sucré dont la teneur en sucre est de moins de 5 grammes, 50 dirhams pour une teneur en sucre entre 5 et 10 grammes, et 100 dirhams pour une teneur en sucre de…

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste