Ahmed Ghassan El Adib : “Cela fait des années que la médecine d’urgence est le parent pauvre du système de soins”

Ahmed Ghassan El Adib, professeur à l’université Cadi Ayyad de Marrakech, membre du conseil de la Société marocaine de la médecine d’urgence, est l’un des signataires du livre blanc de la Société marocaine de la médecine d’urgence, 
qui tire la sonnette d’alarme sur la situation actuelle du secteur.

Par

RACHID TNIOUNI

En quoi la crise sanitaire actuelle a-t-elle révélé les failles de la médecine d’urgence au Maroc?

L’épidémie est arrivée alors que le système de santé était déjà surchargé, et les ressources humaines fragilisées. Cela fait des années que la médecine d’urgence est le parent pauvre du système de soins, principalement parce que les urgences sont mal réparties et non seniorisées sur le territoire national. Au début de la crise, il a été demandé aux centres de régulation de devenir le 141 (numéro dédié au Covid, ndlr), alors que, même en temps normal, les services de régulation médicale ne sont pas optimisés et n’arrivent même pas à répondre à un dixième des appels qu’ils reçoivent. D’autre part, les professionnels, qui ont certaines qualifications, ont été…

article suivant

La République d'Haïti décide d’ouvrir un Consulat Général à Dakhla