Tout ce qu’il faut savoir sur le lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière

Le ministère de la Santé a lancé, ce 2 novembre, la campagne nationale de prévention contre la grippe. Les personnes les plus vulnérables seront ciblées en priorité, et le vaccin sera délivré uniquement sur ordonnance.

Par

Ludovic MARIN / AFP

Le ministère de la Santé a annoncé, ce lundi 2 novembre, le lancement de la campagne nationale de prévention contre la grippe saisonnière, qui intervient en pleine pandémie de Covid-19. Cette campagne cible en priorité les personnes à risque de complications graves voire de décès liés à la grippe, indique le département de Khalid Aït Taleb dans un communiqué.

Qui est concerné ?

Il s’agit des femmes enceintes, des personnes souffrant d’affections chroniques comme l’insuffisance rénale chronique, le diabète, les maladies cardiaques et affections pulmonaires chroniques, les personnes âgées de 65 ans et plus, ainsi que les enfants de moins de 5 ans.

“Cette vaccination est aussi fortement recommandée chez les professionnels de santé, car elle permet, en plus de la protection individuelle de ces derniers et de leur entourage familial et professionnel, la prévention de la transmission de la maladie aux patients admis dans les structures de soins”, précise le ministère dans le communiqué.

La vaccination du personnel de santé est d’autant plus nécessaire dans le contexte sanitaire inédit que connaissent plusieurs pays du monde dont le Maroc, où la co-circulation du virus grippal et du Covid-19 n’est pas exclue, souligne la même source.

Sur prescription médicale

Le vaccin sera délivré uniquement sur ordonnance médicale, a par ailleurs indiqué le ministère de la Santé dans une circulaire adressée aux directeurs régionaux de la Santé et aux présidents du conseil national de l’Ordre national des médecins et de l’Ordre national des pharmaciens.

Cette année, le vaccin grippal disponible est un vaccin quadrivalent (tétravalent). Selon le laboratoire Sanofi Pasteur, qui s’occupe de la mise sur le marché marocain de ce vaccin antigrippal, celui-ci permet “une protection élargie” par rapport aux vaccins trivalents. La dose sera vendue à 125,30 dirhams.

Selon Médias24, le ministère de la Santé publique a commandé 650.000 doses de vaccin contre la grippe saisonnière, contre 500.000 lors d’une saison normale. “150.000 iront au personnel de santé et aux personnes couvertes par le Ramed. 150.000 iront à l’Institut Pasteur (…). Les 350.000 restants seront mis dans les circuits de l’exercice libéral laboratoire-grossistes-officines”, précise le site d’information.

Qui va gérer les stocks ?

Dans une circulaire concernant l’approvisionnement du marché national du vaccin contre la grippe envoyée aux professionnels de la santé du secteur privé et dont TelQuel détient copie, le ministère de la Santé indique que le stock national sera géré au niveau de l’établissement pharmaceutique industriel (EPI), des établissements pharmaceutiques grossistes répartiteurs (EGPR), et des pharmacies d’officine.

Le ministère de tutelle liste par ailleurs un certain nombre de mesures à respecter “pour garantir la réussite de cette campagne vaccinale et dans l’optique d’optimiser la répartition du stock national en vaccin antigrippal”. L’EPI et les EGPR devront ainsi s’assurer que l’approvisionnement soit équitable au niveau régional et devront déclarer les stocks du vaccin “de façon journalière” auprès de l’Observatoire national des médicaments et des produits de santé.

Les mouvements de stock du vaccin devront ainsi être saisis sur une plateforme électronique créée à cet effet par le ministère de la Santé, qui délivrera à l’EPI, aux EGPR et aux pharmacies un identifiant et un mot de passe pour y accéder. Les pharmaciens devront quant à eux garder une copie de l’ordonnance des patients, et remettre à ces derniers une carte de vaccination. “Toute demande anormale ou une surconsommation du vaccin antigrippal doit être notifiée à la Direction marocaine de la pharmacie sans délai”, précise la circulaire.

Les pharmaciens dans l’attente

Selon une source syndicale de l’ordre des pharmaciens, le lancement de cette campagne de vaccination pourrait prendre encore un peu de temps. “Les vaccins sont disponibles chez les grossistes, mais nous n’avons toujours pas reçu nos identifiants pour accéder à la plateforme lancée par le ministère ni les cartes de vaccination”, explique-t-il, déplorant le retard pris par le ministère de la Santé dans l’organisation de cette campagne.

“On ne comprend pas pourquoi il y a autant de contraintes pour délivrer ces vaccins”

Source syndicale de l’ordre des pharmaciens

Le nombre de doses mises sur le marché sera par ailleurs selon lui “insuffisant”, notamment s’il faut vacciner tous les professionnels de la santé. “Il y a 12.000 pharmaciens qui travaillent avec 40.000 collaborateurs, et qu’il faudrait vacciner en priorité car ils sont en première ligne”, indique-t-il.

“Aussi, on ne comprend pas pourquoi il y a autant de contraintes pour délivrer ces vaccins”, ajoute notre source qui souligne que ce vaccin sera “plus cher” que les autres années, où il était vendu à moins de 80 dirhams, et auquel il faut ajouter le coût de la consultation médicale.

article suivant

La République d'Haïti décide d’ouvrir un Consulat Général à Dakhla