Trois morts et plusieurs blessés dans une attaque au couteau à Nice

Trois personnes ont été tuées, dont au moins une égorgée, et plusieurs blessées ce 29 octobre à Nice lors d’une attaque au couteau dont l’auteur a été interpellé par la police.

Par

Des membres du RAID entrent dans la basilique Notre-Dame de Nice en France, après une attaque au couteau, le 29 octobre 2020. Crédit: Valery Hache / AFP

Deux personnes, un homme et une femme, ont été tuées jeudi 29 octobre dans l’église Notre-Dame de Nice et une troisième, sérieusement blessée, est décédée dans un bar proche où elle s’était réfugiée, a indiqué une source policière à l’AFP. Le parquet national antiterroriste (Pnat) a été saisi de l’enquête.

Une enquête a été ouverte pour “assassinat en relation avec une entreprise terroriste”, “tentative d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”, ajoute-t-on. Elle a été confiée à la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et à la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), a indiqué le Pnat.

L’auteur de l’attaque connu des services de sécurité

L’auteur de l’attaque, connu des services de sécurité, a été blessé par la police et évacué vers un hôpital, a déclaré à la presse le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a annoncé que le président Emmanuel Macron allait se rendre sur place en fin de matinée.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin préside une “réunion de crise” au siège de son département, alors qu’une minute de silence a été observée à l’Assemblée nationale, en hommage aux victimes de cette attaque.

La séance parlementaire consacrée au reconfinement, annoncé mercredi 28 octobre au soir par le président Emmanuel Macron, a été suspendue pour quelques minutes suite à l’annonce de l’attaque.

Cette attaque intervient deux semaines après l’attentat ayant visé, en région parisienne, un professeur de collège qui avait été décapité par un jeune réfugié tchétchène.

(avec AFP et MAP)

article suivant

Abdelhak Khiame quitte le BCIJ : retour sur un parcours de lutte antiterroriste