Les consulats, le Joker de Bourita pour le Sahara

Tandis que le processus onusien est au point mort, le Maroc a de plus en plus recours aux actions bilatérales pour asseoir sa souveraineté au Sahara.

Par

Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, veut affirmer “les droits inaliénables du Maroc sur son Sahara” Crédit: AFP

Une partie de Monopoly diplomatique aux portes du désert. En inaugurant un consulat général à Laâyoune le 29 janvier dernier, la Côte d’Ivoire portait à sept le nombre de consulats africains qui ont ouvert dans les provinces du sud au cours des deux derniers mois. Les uns après autres, les Comores (19 décembre), la Gambie (7 janvier), le Gabon et la Guinée (18 janvier), la Centrafrique et l’île de Sao Tomé-et-Principe (23 janvier), nations “amies” du Maroc, avaient précédemment inauguré un consulat à Laâyoune ou à Dakhla. Au grand dam du Front Polisario.

Dix consulats devraient ouvrir leurs portes d’ici la fin de l’année dans les provinces du sud.Crédit: DR
Début janvier, face à la plaque rutilante de la nouvelle représentation gambienne à Dakhla, Nasser Bourita, ministre marocain des Affaires étrangères, ne se cache pas derrière son petit doigt : la stratégie est avant…

article suivant

Adel Ourabah : “Le pouvoir algérien cherche à pérenniser le système avec un ravalement de façade”