Harhoura : une “colère royale” à l’origine de surprenants travaux routiers ?

En moins de 24 heures entre le 13 et le 14 octobre, les autorités de Harhoura, au sud de Rabat, ont fermé deux axes routiers, érigé une muraille de béton, avant de tout démolir pour réautoriser le trafic. Les élus et la presse évoquent une “colère royale”. Précisions.

Par

Entre Harhoura et Témara, un mur de béton érigé en un temps record pour suspendre le trafic. Crédit: Omar El Hyani

C’est surprenant de voir comment des travaux s’exécutent en un temps record… quand l’ordre vient de très haut. Dernier cas en date, une muraille de béton érigée dans l’agglomération balnéaire de Harhoura, à quelques encablures de Rabat. Dans l’après-midi du lundi 12 octobre, le roi Mohammed VI a été aperçu dans une Jeep sur la route côtière de la capitale. Selon plusieurs sources oculaires, le monarque était accompagné de son conseiller Fouad Ali El Himma et de son chambellan Mohamed El Alaoui. C’est là que s’étend la fraîchement rénovée corniche de Rabat. Sur 11 kilomètres, elle va du quartier Océan jusqu’aux portes de Harhoura, la très chic cité résidentielle de la capitale. Il faut dire que le roi connaît bien les lieux. Son “premier” palais, du temps où il était Smyet Sidi, prince héritier,…

article suivant

Brute France