Khadija Rouggany : "Il faut une loi autonome pour éradiquer la violence à l'égard des femmes"

Le Haut-Commissariat au Plan (HCP) a publié cette semaine son dernier rapport sur les violences faites aux femmes. Malgré une baisse globale depuis dix ans, certaines violences spécifiques sont en hausse. Le bilan, alarmant, met en exergue l’échec de la lutte contre ces exactions.

Par

Manifestation féministe à Rabat, le 6 juillet 2015. Crédit: FADEL SENNA / AFP

Dans son Rapport national 2020 sur la mise en œuvre des Objectifs de développement durable (ODD) tels que définis par l’ONU, le HCP s’est penché dans un chapitre sur l’évolution des violences faites aux femmes entre 2009 et 2019. Alors que l’instance note « des progrès » consentis au Maroc en matière d’égalité des sexes et « un cadre juridique favorable à la parité et à la non-discrimination basée sur le genre », qu’en est-il dans les faits ? Malgré une « tendance à la baisse » des violences faites à l’égard des femmes, on observe une hausse de certains types de violences, notamment économiques et sexuelles, dont la prévalence est passée respectivement de 8 à 15 % et de 9 à 14 % entre 2009 et 2019, ainsi que des violences physiques en milieu rural, passées de 9 à 13…

article suivant

Brute France