Histoire d’une libération, par Salima S. El Mandjra

Dans un bref récit par fragments, Salima S. El Mandjra aborde le délicat sujet du deuil et du droit à partir dans la dignité.

Par

Se sachant condamnée, Chadya Belmekki écrit à ses enfants pour leur expliquer la décision qu’elle a prise, leur expliquer son acte et les protéger de toute poursuite. “L’espoir n’a pas eu droit à l’existence. […] J’ai donc décidé de parer à cette infirmité programmée en écourtant ma vie. Je sais ce qu’elle promet et je m’y refuse.” L’espace de cette lettre est autant celui d’un bilan intime face à l’inéluctable que d’une libération.

Salima S. El Mandjra
Salima S. El Mandjra enseigne à l’École nationale d’architecture de Rabat et a contribué à plusieurs ouvrages collectifs.Crédit: DR
Elle se soustrait non seulement à une fin prévisible qu’aux conseils de ses proches dont elle connaît les convictions et l’hostilité de principe à la décision qu’elle a prise. “Je n’aurais pas accepté que vous m’évoquiez la possibilité d’une acceptation docile du destin.” Consciente de leurs divergences de vue, elle…

article suivant

Bonnes feuilles : “La face ‘cachée’ des sociétés civiles au Maghreb : un espoir pour demain ?”