“La Línea” : Netflix au cœur du narcotrafic à quelques kilomètres du Maroc

La plateforme de streaming Netflix dévoile “La Línea”, une mini-série qui vient s’ajouter à sa longue liste de documentaires en format immersion. Cette fois-ci, les caméras ont suivi les forces de l’ordre espagnoles dans leur traque des narcotrafiquants en provenance du Maroc et d’autres pays d’Afrique.

Par

Affiche du nouveau docu-série de Netflix; La Linea : dans l'ombre du narcotrafic. Crédit: DR

Netflix devrait régaler les fans de séries policières avec sa nouvelle mini-série documentaire La Línea : dans l’ombre du narcotrafic, mise en ligne le mercredi 9 septembre. Une équipe de tournage du géant du streaming américain a accompagné la police espagnole et des éléments de la Guardia Civil dans leur traque quotidienne des narcotrafiquants et contrebandiers, en provenance du Maroc principalement, et d’autres pays d’Afrique.

Au menu des quatre épisodes : armes à feu, drogues, hélicoptères et zodiaques… tout pour faire un grand film d’action, sauf que pour le coup, c’est du réel. Policiers, commissaires, trafiquants, maire de la ville : les témoignages sont glaçants.

Plaque tournante et porte d’entrée du haschich marocain en Europe, La Línea — ou de son nom complet, La Línea de la Concepción — est une commune espagnole située dans la province de Cadix, en communauté autonome d’Andalousie, dans le sud de l’Espagne. Une jolie petite ville, au bord de l’implosion. Les habitants comme les forces de l’ordre sur place se disent “délaissés” par le gouvernement espagnol, pour des raisons qu’ils “ignorent”.

Entre le taux de chômage proche de 30 % et le niveau d’éducation médiocre de ses habitants, la ville est aujourd’hui contrôlée par les narcotrafiquants, hissés au rang de héros (et donc intouchables) par une grande partie de la population qui vit grâce aux zodiaques démarrant des côtes marocaines.

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi