Coût de l’énergie solaire: le Portugal dame-t-il le pion au Maroc ?

Fin août, le gouvernement portugais annonçait que l’une de ses centrales solaires produirait l’électricité la moins coûteuse au monde. Récemment pointée par un rapport du CESE au sujet de sa stratégie solaire, comment Masen perçoit-elle ce nouveau record? Et comment envisage-t-elle ses projets à venir?

Par

A Moroccan worker walks in front of a solar array that is part of the Noor 1 solar power project in Ouarzazate on October 19, 2014. Morocco's first solar energy plant will begin operating in 2015, an official said, as part of a multi-billion-euro project the oil-scarce kingdom hopes will satisfy its growing energy needs. The Nour 1 plant cost 600 million euros (USD 765 million) and is expected to have a capacity to generate 160 MW. AFP PHOTO/ FADEL SENNA
Le parc solaire Noor I à Ouarzazate. Crédit: AFP

Un nouveau record est tombé. Fin août, le ministère de l’Énergie portugais présentait les résultats d’un appel d’offres lancé pour l’attribution de 13 lots de production dans une centrale solaire au sud du pays, dans la région de l’Algarve. L’une de ces 13 unités produira de l’énergie solaire grâce à la technologie photovoltaïque, avec un coût de production de 0,132 dirham/kWh, battant ainsi le record détenu par la centrale solaire d’Al Dhafra, située à Abu Dhabi aux Emirats arabes unis, qui affiche un coût de production de 0,135 dirham/kWh. Selon le quotidien économique portugais Jornal de Negocios, les enchères menées par le Portugal devraient permettre au gouvernement d’économiser 559 millions d’euros, alors que le pays ambitionne de porter à 80% la part des énergies renouvelables dans sa consommation énergétique. Le coût de production record…

article suivant

Le ministre Aziz Rabbah annonce sa contamination par le coronavirus