Traitement préventif à la chloroquine, implication du privé : le nouveau protocole Covid-19 en question

Le ministère de la Santé a encore une fois mis à jour le protocole thérapeutique pour la prise en charge des cas de Covid-19. Un changement qui porte sur la définition des cas et quelques modalités de traitement, et qui semble satisfaire les spécialistes, réclamant néanmoins une implication effective du secteur privé.

Par et

Pour Badreddine Dassouli, “la chloroquine doit être vendue dans les pharmacies comme avant, être accessible pour que des médecins libéraux puissent prendre en charge des cas de Covid-19”. Crédit: Narinder Nanu/AFP

Et une énième mise à jour du protocole thérapeutique de prise en charge des cas de Covid-19. Dans une circulaire adressée le 2 septembre aux directeurs et directrices des centres hospitalo-universitaires, le ministère de la Santé a transmis les nouvelles modifications apportées au protocole de prise en charge des patients Covid-19, et ce “compte tenu de la situation épidémiologique nationale actuelle” et “conformément aux recommandations du comité technique et scientifique consultatif de la prévention et du contrôle de la grippe et des IRA”. La nouveauté se situe principalement au niveau de deux éléments : dans un premier temps, la circulaire apporte une première distinction entre cas suspect et cas probable. Ainsi, un cas suspect désigne toute personne présentant “des signes d’infection respiratoire aiguë (toux, mal de gorge, difficultés respiratoires,…

article suivant

Généralisation de la couverture sociale : Le RAMED sera confié à la CNSS, 14 milliards de dirhams consacrés à la réforme