L'historiographe du royaume, les bonnes feuilles

Anecdotes empreintes de subtilité, symboles répartis entre les lignes, conversation avec Hassan II... L’historiographe du Royaume est une fiction saupoudrée de réalité... ou l’inverse.

Par

Agadir, 1960. Hassan II, à l’époque prince héritier, en tenue militaire. Crédit: AFP

Le cheikh mat

“Je sentis qu’il méprisait ceux qui s’inclinaient volontairement sans être capables de tenir un semblant de combat”

Le soir, il s’efforçait de le distraire par des parties d’échecs où il affronta tour à tour ses compagnons d’étude. Mais soit qu’ils fussent véritablement malhabiles, soit qu’ils eussent trop peur de vaincre, ils lassaient vite la patience du prince par leur médiocre adversité. Il faut dire qu’il tenait à dessein leur lâcheté — ou leur courage — en appelant devant eux les échecs “le jeu des rois”, comme s’il y avait eu là une sorte de domaine réservé où il eût été sacrilège de lui disputer la suprématie. Je sentis qu’il méprisait ceux qui s’inclinaient volontairement sans être capables de tenir un semblant de combat. Alors j’osai remporter notre première rencontre, puis humblement lui offris de prendre sa revanche. Je le laissai gagner cette seconde partie de haute lutte. J’étais habile à feindre la…

article suivant

Le PIB recule de 14,9% au 2ème trimestre 2020 (HCP)