L’OCP sur le marché américain : des exportations réduites comme peau de chagrin ?

L’Office chérifien des phosphates aurait vu ses exportations vers le marché américain quasiment réduites à néant depuis l’annonce d’une enquête menée par l’administration américaine, à la demande de son concurrent Mosaic. C’est ce qu’ont annoncé le phosphatier américain et le russe PhosAgro, également concerné par l’enquête.

Par

Le 26 juin dernier, l'américain Mosaic avait déposé une requête, prétextant une “concurrence déloyale” qui lui serait “préjudiciable” en raison des “volumes importants” en provenance du Maroc et de la Russie, et que le producteur américain considère comme étant “injustement subventionnés”. Crédit: DR

Le Maroc et la Russie ont presque complètement suspendu les exportations d’engrais phosphatés vers les États-Unis à la suite d’une demande d’enquête déposée par le producteur américain d’engrais phosphatés Mosaic auprès du département américain du Commerce et de la Commission du commerce international. “En conséquence, les approvisionnements en engrais à base de phosphate aux États-Unis en provenance du Maroc et de la Russie ont pratiquement cessé”, a indiqué le phosphatier russe PhosAgro, vendredi 28 août, lors de la présentation de ses résultats financiers pour le deuxième trimestre et le premier semestre 2020. Une réduction des importations “qui a entraîné une augmentation significative des prix sur le marché intérieur américain de plus de 60 dollars à ce jour”, toujours selon la même source.

à lire aussi

Le 26 juin dernier, Mosaic avait déposé une requête, prétextant une “concurrence déloyale” qui lui serait “préjudiciable”…

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi