Taux de remplissage des classes, heures de cours, mesures de protection : voici le modus operandi des cours en présentiel

Le ministère de l’Éducation nationale a communiqué une note sur les modalités de déploiement de l’enseignement en présentiel et à distance à partir du 7 septembre. Les détails.

Par

AFP

Le ministère de l’Éducation nationale a publié ce vendredi 28 août une note sur sa stratégie pour la reprise des cours le 7 septembre. Le département confère ainsi aux directions provinciales, sous la supervision des académies régionales de l’éducation et de la formation et en coordination avec les autorités locales et de santé, la possibilité d’adapter les modes d’enseignement selon l’évolution de la pandémie.

Dans sa note, dont TelQuel détient copie, le département de Saaid Amzazi détaille les modalités de déploiement du système d’alternance entre enseignement en présentiel et cours à distance (à hauteur de 50 % chacun).

Primaire : trois modèles d’organisation possibles

Pour le primaire, chaque classe sera divisée en deux groupes afin de garantir la distanciation physique imposée par la pandémie. Chaque groupe se déplacera trois fois par semaine selon un emploi du temps spécifique. Les élèves devront s’acquitter de 15 heures en présentiel et 15 autres heures à distance.

Le premier modèle (une salle de classe par groupe) prévoit 5 heures de cours par jour (que les matinées), le groupe 1 peut se rendre à l’établissement scolaire les lundi, mercredi et vendredi, tandis que le groupe 2 ira les mardi, jeudi et samedi. Les après-midi pourront être consacrés à la désinfection.

Pour le deuxième modèle (deux salles pour trois classes : 6 groupes), le ministre propose d’adopter quatre jours en présentiel, avec un temps réduit de présence sur place. Chaque groupe devrait assister à 3 h 45 de cours soit la matinée ou l’après-midi, selon un calendrier spécifique (ci-dessous).

Deuxième modèle pour le primaire. © MEN

Le troisième modèle (une salle pour deux classes) propose d’adopter les trois jours en présentiel avec 5 heures de cours d’affilée pour chaque groupe, soit la matinée soit l’après-midi.

Troisième modèle pour le primaire. © MEN

Les récréations ne dépasseront pas les 15 minutes, tout en respectant les mesures de sécurité sanitaire. Les séances en présentiel seront consacrées aux activités scolaires de construction des acquis ou encore pour faire le suivi avec les élèves sur ce qu’ils ont appris à distance.

La période entre le 7 septembre et le 3 octobre sera consacrée aux révisions des acquis de l’année précédente, que ce soit à distance ou en présentiel, pour l’ensemble des niveaux scolaires. Les contrôles continus de cette année scolaire s’effectueront en présentiel dans le respect des mesures sanitaires. D’autres mesures liées à ces examens seront communiquées “plus tard” par le ministère.

Les lycées et collèges devront s’adapter aussi

Le présentiel pour le niveau collège diffère, et le ministère propose un premier modèle pour les établissements dont les salles de cours sont opérationnelles à moins de 60 %. Les deux groupes de chaque classe s’alterneront durant trois jours pour 6 heures de cours (que les matinées).

Premier modèle pour le collège. © MEN

Le deuxième modèle concerne les établissements dont les salles de cours sont opérationnelles à plus de 60 %. Les collèges et lycées pourraient accueillir les groupes réduits d’élèves de chaque classe du lundi au samedi avec 4 heures de cours par jour et par groupe (soit la matinée soit l’après-midi). Ce modèle permet d’avoir 2 heures pour désinfecter avant l’arrivée du nouveau groupe.

Deuxième modèle pour le collège. © MEN

Mesures de protection au sein des établissements scolaires

Le protocole sanitaire mis en place par le département de Saaid Amzazi s’appuie sur le port du masque obligatoire à partir de la cinquième année du primaire, le lavage régulier des mains, le respect de la distanciation physique d’au moins un mètre, la désinfection de l’ensemble des structures des établissements, transports (50 % de capacités) et cantines scolaires.

Le ministère n’évoque la mesure de température que pour les internats et pas pour les entrées des écoles. Il ne fait pas mention des tests de dépistage du coronavirus.

Le ministère rappelle dans son document que le choix du modèle devra s’adapter aux spécificités de chaque établissement et des moyens humains et matériels de chaque direction provinciale et académie régionale de l’éducation et de la formation.

Enseignement à distance : toujours pas de solution pour les plus précaires

Pour ce qui est de l’enseignement à distance, le département de Saaid Amzazi assure que l’ensemble des mesures nécessaires de production audiovisuelle et numérique ont été mises en place pour assurer la continuité de la pédagogie dans les écoles à travers la plateforme TelmidTice. La production des contenus pédagogiques se fera par des groupes d’enseignants sous la supervision d’un inspecteur éducatif de chaque matière.

Comment se passera le cours à distance ? Si l’établissement utilise les cours diffusés à la télévision ou sur la plateforme TelmidTice, le ministère propose que l’enseignant communique avec ses élèves pour donner ses directives avant le début du visionnage du cours. Il devra télécharger, sur la plateforme TelmidTice ou celles adoptées, les exercices relatifs au cours visionné. Après le cours, l’enseignant devra recevoir les questions et remarques de ses étudiants et devra y répondre.

Un résumé du cours devra être téléchargé sur la plateforme afin que les élèves puissent le réécrire sur leurs cahiers. Si c’est possible, l’enseignant devra programmer une séance pour corriger les exercices relatifs au cours visionné. Des contrôles peuvent être mis en place et télécharger sur la plateforme utilisée.

Si l’établissement adopte les cours customisés à travers d’autres plateformes numériques, le ministère préconise la préparation des éléments pédagogiques nécessaires (documents, vidéos, enregistrements sonores) avant la séance, pour pouvoir les télécharger sur la plateforme utilisée. Durant la séance, l’enseignant devra veiller au bon déroulement du cours, faire participer les élèves et mettre en place des activités d’évaluation et de production des apprenants.

article suivant

Généralisation de la couverture sociale : Le RAMED sera confié à la CNSS, 14 milliards de dirhams consacrés à la réforme