Energie : ces milliards de dirhams que Noor-Ouarzazate nous fait perdre

Dans un avis critique envers les choix faits par Masen, le Conseil économique social et environnemental pointe les défaillances de la stratégie solaire adoptée par le Maroc. Et notamment le choix d’une technologie alternative au photovoltaïque dans les centrales Noor qui devrait générer un déficit de 800 millions de dirhams chaque année durant les deux prochaines décennies.

Par

Rarement la route nationale 10 qui traverse les vallées désertiques à l’est d’Ouarzazate n’avait vu autant de berlines immaculées défiler. Ce 4 février 2016, près de 800 personnes étaient conviées pour l’inauguration de la centrale solaire Noor Ouarzazate. “La plus grande centrale solaire du monde”, répétera la presse sans prendre soin de vérifier. Autour du roi Mohammed VI, la ministre française de l’Écologie Ségolène Royal et le ministre des Affaires étrangères espagnol José Manuel Garcia-Margallo viennent célébrer un Maroc qui se veut pionnier dans le développement des énergies renouvelables et modèle dans la réalisation de ses engagements de réduction des gaz à effet de serre. Ce jour-là, les 800 invités sont repartis à bord des mêmes berlines, dans un amas de poussière qu’il faudra ensuite…

article suivant

Administration Biden : quelles conséquences pour les relations Maroc–États-Unis ?