Ahmed Reda Chami : avec une bonne stratégie, on pourrait “baisser le prix de l’électricité”

Dans un avis critique envers les choix faits par Masen, le Conseil économique social et environnemental pointe les défaillances de la stratégie solaire adoptée par le Maroc. Et notamment le choix d’une technologie alternative au photovoltaïque dans les centrales Noor qui devrait générer un déficit de 800 millions de dirhams chaque année durant les deux prochaines décennies. Le point avec le président du CESE, Ahmed Reda Chami.

Par

Ahmed Reda Chami, président du CESE. Crédit: MAP

Vous indiquez que votre avis fait suite à une autosaisine du CESE. Cela se limite-t-il à vouloir réévaluer la stratégie énergétique ou bien y avait-il, déjà, une inquiétude quant aux choix effectués ? Le choix des thématiques de nos autosaisines émane d’une veille faite en interne sur les sujets d’actualité qui préoccupent les Marocains. Les commissions du CESE proposent les sujets à intégrer dans le plan d’action annuel validé par les instances du Conseil. Le secteur énergétique est fondamental pour le développement économique et social de notre pays. Il y a des transformations majeures qui sont apparues au cours des dernières années, les technologies ont évolué, le Maroc maîtrise mieux le savoir-faire, il…

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc