“Nous n’avons pas réussi” : l’échec du système éducatif vu par Ghita Lahlou

Intervenant le 14 juillet à l’occasion d’un point-presse organisé par la Commission spéciale sur le modèle de développement, la directrice de l’École Centrale Ghita Lahlou a pointé, statistiques à l’appui, plusieurs défaillances du système éducatif marocain. Tout en suggérant un contrôle renforcé des écoles privées.

Par

Mme. Ghita Lahlou El Yacoubi membre de la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement donne une déclaration à la MAP

Pour Ghita Lahlou, la thématique dont elle est la coordinatrice regroupe “les préoccupations majeures des Marocains”. Car il faut dire que la réflexion sur le “capital humain”, que la directrice de l’École centrale de Casablanca est chargée de coordonner, regroupe des secteurs aussi sensibles que divers, comme l’éducation, la santé mais aussi la culture. Mardi 14 juillet, la membre de la CSMD livrait son diagnostic sur les secteurs couverts par son équipe.

Peut mieux faire

Si elle a listé les “réussites” enregistrées dans les domaines de la scolarisation et de la lutte contre l’analphabétisme, la cofondatrice du mouvement Les Citoyens a également cité de nombreuses statistiques tirées de rapports internationaux pour pointer les défaillances du système éducatif marocain. “Le nombre d’années d’études pour un Marocain est de six ans en moyenne. C’est l’un des chiffres…

article suivant

“Notre marche est la lecture”, Abdelkader Retnani, président de l’Union professionnelle des éditeurs du Maroc