Ben Barka, Bouabid, Ibrahim... les belles heures de la gauche

La gauche prend l’eau. Elle a pourtant connu la gloire et donné au pays de grands hommes politiques.

Par

Les figures de la grande gauche, le 25 mai 1962, lors du deuxième congrès de l’UNFP à Casablanca : Abderrahim Bouabid, entouré de Mehdi Ben Barka à droite et de Fqih Basri. Crédit: DR

L’image est saisissante et symbolique : Abderrahmane Youssoufi, le pas lourd, mais le regard toujours vif et alerte, avance pour saluer Mohammed VI et son invité François Hollande, en visite au Maroc les 19 et 20 septembre (2015). L’ancien Premier ministre s’installe à la table du roi et son hôte, à côté du prince Moulay Rachid.

Archive : dossier de Réda Mouhsine et Abdellah Tourabi, paru dans le TelQuel n°685, du 25 septembre au 1er octobre 2015.

Par cette invitation, le monarque rend hommage à un dirigeant historique de la gauche, en présence du président socialiste de la France. La symbolique du geste n’a échappé à personne et a suscité de nombreux commentaires, notamment au sein des militants et sympathisants de l’USFP. Mais au-delà du geste royal, le personnage de Youssoufi incarne la situation de la gauche au Maroc : une figure respectée et admirée, mais qui appartient à l’histoire. A Rabat, le 27 décembre…

article suivant

6 août : 14 morts et 1.144 nouveaux cas en 24 heures, ​29.644 au total