Bourse : télécoms, grande distribution, matériel informatique... ces secteurs qui ne connaissent pas la crise

Dans le sillage de la crise économique liée à la pandémie du Covid-19, la place casablancaise se débat dans le rouge depuis le mois de mars. Néanmoins, quelques secteurs tirent leur épingle du jeu.

Par

La Bourse de Casablanca. Crédit: RACHID TNIOUNI/TELQUEL

A l’image de l’économie marocaine, le marché boursier subit de plein fouet les affres de la pandémie. Au terme du premier semestre, l’indice de toute la place affiche une contre-performance annuelle de 17 %. En proie à des mouvements de panique, le Masi n’a cessé, dès le début du mois de mars (où l’on annonçait le premier cas de contamination, le 3 mars précisément), de cumuler lentement mais sûrement les baisses. Pour en réduire l’impact, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) a décidé, dès le 17 mars, de ramener les seuils de variation quotidienne des prix des actions cotées de 6 % à 4 % pour les valeurs cotées en continu (l’exécution des ordres se fait de manière instantanée dès que deux ordres en sens inverse sont compatibles) et à 2 % pour les valeurs cotées en fixing (dont le fixage de cours ne se fait pas en continu, mais…

article suivant

6 août : 14 morts et 1.144 nouveaux cas en 24 heures, ​29.644 au total