Elmehdi Elkourti : “Les Marocains lisent, mais ils ne lisent pas les écrivains marocains”

Passionné de polars, Elmehdi Elkourti a fait le choix risqué de se lancer dans un genre rare dans la littérature maghrébine. Avec deux romans et une maison d’édition à son actif, il prône un univers fantastique marocanisé, où la seule règle est de faire place à son imagination.

Par

Elmehdi Elkourti

J’appartiens à une espèce que l’on appelle écriveron”. C’est ainsi que se présente Elmehdi Elkourti, jeune auteur marocain à qui l’ambition ne manque pas. Quant à son style, c’est tout un monde, où le polar est roi et la soif du lecteur prime. Après s’être découvert assez tardivement une passion pour l’écriture, Elkourti “plaque tout” et se lance dans une trilogie, dont le premier volume s’intitule Les Cinq Gardiens de la Parole Perdue (2013), le deuxième Les Sept Sages de l’Apocalypse (2016) et dont le dernier est prévu pour l’été 2021. Les trois romans peuvent être lus de façon indépendante, puisqu’il n’y a que la continuité psychologique des personnages qui demeure. En toile de fond, les péripéties d’Iyad Ennoury, un journaliste d’investigation qui pénètre un monde rempli de symboles à décrypter, d’énigmes…

article suivant

Décès à Paris de l'artiste peintre marocain Mohamed Melehi des suites du Coronavirus