Déconfinement : cherche touristes désespérément

Depuis la fin du confinement le 25 juin et la réouverture partielle des hôtels, cafés et restaurants, le tourisme interne a repris très timidement ce week-end, dans l’attente de la réouverture des frontières.

Par

Le tourisme étant basé sur le déplacement est de par sa nature le secteur qui souffrira le plus de l’épidémie de Coronavirus. L’Organisation mondiale du tourisme craint des pertes financières estimées entre 30 et 50 milliards de dollars. Crédit: FADEL SENNA / AFP

Chefchaouen, le 27 juin. Dans les ruelles de la ville du Rif, quelques très rares touristes se prennent en selfie devant les murs bleus de la médina. Des jeunes Marocains de passage pour la plupart, mais aussi quelques étrangers résidant au Maroc. Dans sa boutique d’artisanat local, Hassan, commerçant installé dans la ville depuis des générations, ouvre des yeux ronds. “Vous êtes les premiers touristes que je vois depuis trois mois. La crise a été dure. Hamdoullah, je m’en sors, mais ce n’est pas le cas de tous les commerçants ici”, confie-t-il.

Tourisme fantôme

La grande place de la kasbah, où se pressent en temps normal des centaines de touristes, est quasi déserte. Les nombreux cafés et restaurants qui bordent la place ont pour la plupart gardé leurs rideaux fermés depuis l’instauration de l’état d’urgence le 20 mars dernier. Le restaurant chinois qui trône devant la kasbah, ouvert…

article suivant

Détection par l'iris, respect des données personnelles, droit de regard: comprendre le débat sur le registre social unifié