Ramid et Amekraz dans l’œil du cyclone

Deux cadors du PJD et membres du gouvernement sont accusés de ne pas avoir déclaré à la CNSS des salariés de leurs cabinets d’avocats. Depuis, les deux ministres ne se sont toujours pas exprimés officiellement. Un silence d’autant plus pesant que le parti islamiste a fait de l’intégrité son cheval de bataille.

Par

El Mostafa Ramid et Mohamed Amekraz, ministres PJD du gouvernement El Othmani, sont accusés de ne pas avoir déclaré leurs employés à la CNSS. Crédit: Rachid Tniouni / TelQuel

Les deux sont ministres, figures de proue du PJD et avocats. El Mostafa Ramid et Mohamed Amekraz sont aujourd’hui malmenés par deux fuites remettant en cause leur honnêteté, et par là même, questionnant leur présence dans le gouvernement. Au sein du parti de la lampe, le premier préside la commission centrale pour l’intégrité et la transparence, l’autre dirige la Chabiba. Au sein du gouvernement, le premier est ministre d’Etat chargé des Droits de l’homme et des Relations avec le parlement, le second ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle. Dans le cas de Ramid, tout a commencé par un enregistrement audio diffusé sur WhatsApp, dans la soirée du jeudi 18 juin. Une source anonyme y accuse le ministre, réputé très proche de Saâd-Eddine El Othmani, Chef du gouvernement et secrétaire général du PJD,…

article suivant

Détection par l'iris, respect des données personnelles, droit de regard: comprendre le débat sur le registre social unifié