Hicham Boudraa, DG de l’AMDIE : “Aujourd’hui, le Maroc a beaucoup plus à gagner qu’à perdre”

Suite à la 78e Commission d’investissement tenue ce 24 juin, le DG par intérim de l’AMDIE s’est montré d’un grand optimisme quant aux opportunités du Maroc, après l’approbation de 45 projets pour 23 milliards d’investissements.

Par

Réunion de la Commission d’investissement, le 24 juin, sous la présidence du Chef de gouvernement. Crédit: Twitter

Il s’agit de la première commission d’investissement post Covid-19, mais nous tenons à transmettre un message fort et très positif”, a insisté Hicham Boudraa, DG par intérim de l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), dans une conférence de presse faisant suite à la réunion de la Commission d’investissement tenue ce mercredi 24 juin, sous la présidence du Chef de gouvernement.

Durant cette réunion, la Commission a approuvé 45 projets pour 23 milliards de dirhams d’investissement, permettant la création de plus de 3000 emplois directs et plus de 5400 indirects. “La politique de Sa Majesté montre que durant la période pré-Covid comme durant la période de Covid elle-même, le Maroc a inspiré la confiance des investisseurs marocains et étrangers”, se félicite le DG de l’AMDIE.

Énergie et télécom en tête

Les infrastructures énergétiques constitue le premier secteur sur lequel sont dirigés ces investissements, suivies de près par le secteur des télécommunications”, a annoncé Hicham Boudraa.

“Il faut se relever et saisir les opportunités”

Hicham Boudraa, DG de l’AMDIE

Débordant d’optimisme, le DG par intérim a rappelé que le Maroc continue d’être une terre d’investissements, même en cette période délicate. “Honnêtement, le comportement des investisseurs durant les six derniers mois nous a surpris. Nous ne nous attendions pas à avoir une performance si importante. Il y a une motivation à aller de l’avant de la part des investisseurs. Sur la base des chiffres et des dossiers traités, nous sommes à près de 23 milliards de dirhams, alors que l’an dernier nous avions atteint 28 milliards sur toute l’année.

Et de poursuivre : “Nous n’avons aucun dossier qui a été retiré. Je sens même qu’il y a eu une accélération, pour tout vous dire.

Saisir l’occasion

Cet optimisme n’est pas surdimensionné, il faut donner de l’importance à cette lancée économique. Nous ne disons pas qu’il n’y a pas d’entreprises en difficulté. Mais nous assistons ici à une crise mondiale, c’est-à-dire qu’il y a de nouvelles opportunités et un nouveau paysage”, a expliqué Hicham Boudraa, avant d’ajouter : “Aujourd’hui, le Maroc a beaucoup plus à gagner qu’à perdre. Il y a deux façons de se comporter : soit on soigne ses blessures et on voit comment avance la situation, notamment avec les aides que l’État assure très bien, soit on se relève et on va vers le futur en rebâtissant son comportement d’investissement.

Si l’exportation a ralenti à cause de la conjoncture, “elle est restée stable sur l’agroalimentaire et s’est considérablement améliorée sur le matériel pharmaceutique, assure le DG de l’AMDIE. Maintenant, des secteurs dépendent de la conjoncture internationale. L’aéronautique est impactée sur la production (avionneurs présents au Maroc, ndlr), mais moins fortement que les sociétés basées dans les pays étrangers.”

Pour Hicham Boudraa, “le plus important est que l’on doit se positionner dans cette replanification qui se met en place. L’inactivité va nous tuer. Sur le marché international, nous avons une occasion qui va nous faire gagner énormément de temps. Il faut se relever et saisir les opportunités.

article suivant

La CGEM et la DGI créent une structure commune pour réduire les litiges entre administration fiscale et entreprises