beIN Sports vs beoutQ : sport, pouvoir et trahisons

En 2017, la chaîne qatarie beIN Sports était piratée, voyant toutes ses prestigieuses compétitions diffusées gratuitement via le satellite Arabsat et sur Internet. Récemment, l’Organisation mondiale du commerce a donné raison aux Qataris, mais l’affaire est-elle réellement pliée ?

Par

Mohammed ben Salmane et Tamim ben Hamad Al Thani.

C’est la plus grande opération de piratage de l’histoire de la télévision. Début juillet 2017, tous les fans de sport détenteurs d’un récepteur IP TV (la télévision sur Internet) ont remarqué que beIN Sports était devenue beoutQ. Tant que la diffusion ne connaissait pas de lacunes, ce n’était pas un sujet de discussion. Le changement est même passé presque inaperçu auprès de certains utilisateurs qui pensaient simplement que la chaîne qatarie avait changé de nom, comme nous l’indique Rachid, revendeur de récepteurs d’IP TV au marché de Derb Ghallef. “Piratage ? On n’en savait rien, on a juste remarqué que les chaînes portant le nom de beIN devenaient beoutQ sur certains récepteurs, mais aucune plainte de la part de nos clients”, nous affirme celui qui fait du piratage des chaînes satellites son gagne-pain quotidien, en vendant des boîtiers de réception IP TV….

article suivant

Abdelmadjid Tebboune : “La construction de bases militaires à nos frontières est une forme d’escalade qui doit s’arrêter”