PAR3 COM lance une campagne de sensibilisation et de soutien face à la crise du Covid-19 en incitant à “consommer marocain”

L’agence de communication PAR3 COM lance une campagne de communication citoyenne 360° pour inciter et sensibiliser le grand public à privilégier les produits “Made in Morocco”, afin de soutenir l’économie marocaine face aux difficultés de la crise sanitaire.

Par

Ce contenu est une communication d’entreprise. Il n’a pas été rédigé par les journalistes de TelQuel.

Depuis le début de la crise sanitaire, de nombreuses initiatives individuelles et citoyennes ont été lancées afin de soutenir les emplois et l’économie du Royaume. L’agence PAR3 COM renforce cette démarche et lance une campagne visant à appeler et à sensibiliser tous les citoyens à “consommer marocain” pour soutenir les entreprises locales.

À travers cette campagne citoyenne, Bouchra Outaghani, Directrice générale de l’agence, mobilise ses convictions et ses responsabilités pour faire face aux conséquences de cette crise sanitaire qui touche fortement les TPME et PME du Maroc.

Nous avons décidé, avec toute l’équipe de PAR3 COM, de mener volontairement et bénévolement cette campagne afin de sensibiliser le grand public aux raisons et à l’importance de consommer des produits Made in Morocco, souligne Yacine Biessar, Account Manager à l’agence. C’est de cette manière que chacun d’entre nous, à notre échelle, pouvons permettre de sauvegarder des emplois, soutenir nos entreprises et traverser cette pandémie du mieux que nous pouvons.

Déclinée sous le hashtag #consommonsmarocain, la campagne de communication se fera à travers :

• Des vidéos et posts sur les réseaux sociaux expliquant l’importance de vérifier les étiquettes pour privilégier les produits locaux.

• Des articles de presse.

• De la publicité digitale.

L’agence invite également tous ceux qui le souhaitent à contribuer et à soutenir cette action de solidarité en relayant ce message et cette campagne pour consommer “Made in Morocco”.

article suivant

Vaccin anti-Covid : les doutes des médecins MRE