Ilyas Tahiri, un George Floyd hispano-marocain ?

Dans le sillage du mouvement Black Lives Matter, le décès d’Ilyas Tahiri, mort étouffé le 1er juillet 2019 à Alméria, prend une nouvelle dimension. La famille du jeune homme a déposé un recours, encore à l’étude, et l’affaire trouve un écho singulier de part et d’autre du Détroit.

Par

Images de l'interpellation d'Ilyas Tahiri. Crédit: DR

Bientôt un an et toujours le flou. Les circonstances de la mort d’Ilyas Tahiri, alors âgé de 18 ans, asphyxié par des gardes de sécurité dans un centre pour mineurs andalou, ont pris une dimension nouvelle. C’est que la disparition de cet adolescent d’origine marocaine résonne à plus d’un titre avec celle de George Floyd, cet Afro-Américain mort le 25 mai à Minneapolis, sous le genou de Derek Chauvin, un policier blanc. En Espagne comme au Maroc, il n’a fallu qu’une poignée de jours pour que le drame survenu dans le Minnesota fasse écho à celui d’Alméria. Dans les deux cas, les interventions ont été mortelles, mais également filmées et relayées. Des séquences longues de plusieurs minutes et dont le dénouement connaîtra l’asphyxie des victimes, et l’effroi de ceux qui ont visionné…

article suivant

Les trois piliers du PLF rectificative 2020