Commerçants et artisans, les grands oubliés du gouvernement

Contraints de fermer dès le début de l’état d’urgence sanitaire, les commerçants et artisans tirent la sonnette d’alarme face à une crise économique qui risque de durer. Ils appellent le gouvernement à les soutenir, les protéger et à enclencher une réforme globale du secteur.

Par

Commerces de proximité à Salé. Crédit: Rachid Tniouni /TelQuel

La crise économique causée par le nouveau coronavirus a précipité une grande partie des commerces au bord du gouffre. Dès le début de la crise, le ministère de l’Intérieur a contraint les commerçants de proximité à fermer chaque jour à 18 heures. Les cafés, restaurants, hammams… et magasins dits “non essentiels” ont été amenés à fermer jusqu’à “nouvel ordre”. L’arrêt des activités commerciales, artisanales et de service a eu un impact négatif sur la situation sociale et économique des commerçants. Ces derniers déplorent l’absence de tout soutien du gouvernement, et ont établi une liste des mesures à engager d’urgence pour sauver un secteur “à l’agonie”.

Les oubliés du fonds

Les professionnels des secteurs du commerce, de l’artisanat et des services ont subi d’énormes pertes financières à cause de la crise du nouveau coronavirus. Les…

article suivant

Casablanca : réouverture des écoles à partir du 5 octobre, et prolongation des mesures restrictives