À Rabat, une rencontre entre écoles privées et associations de parents d’élèves concernant les frais de scolarité

À l’initiative de l’AREF de Rabat-Salé-Kénitra, une rencontre a eu lieu le 9 juin entre les écoles privées et les associations de parents et tuteurs d’élèves, afin de trouver une solution au différend autour du paiement des frais de scolarité. Voici les principales décisions.

Par

L'école à la maison a commencé le 16 mars, avec plus ou moins de succès. Crédit: MAP

Voici les principaux points de la rencontre de médiation organisée le 9 juin à l’initiative de l’AREF de Rabat-Salé-Kénitra, entre les écoles privées et les associations de parents et tuteurs d’élèves, à propos des frais de scolarité en contexte de Covid-19.

• Les établissements d’enseignement privés conviennent de poursuivre les cours à distance à tous les élèves sans exception.

• Les écoles privées conviennent aussi d’accorder des facilités de paiement des frais de scolarité.

• Mise en œuvre de toutes sortes de flexibilité nécessaire et possible pour estimer la disposition des familles à payer les montants mensuels dus.

• L’accent a été mis sur la solidarité de tous les acteurs, en tenant compte de la situation financière de nombreuses familles impactées par cette crise sanitaire.

• Le secteur de l’enseignement privé, qui compte 5.800 établissements et un million d’élèves, est le seul secteur au niveau national ayant exonéré les familles, totalement ou partiellement, des frais de scolarité.

• Nécessité de mener un dialogue équitable entre les propriétaires d’institutions éducatives et les représentants des associations des parents et tuteurs d’élèves, sans placer l’élève au centre de ce différend.

• Nécessité de délivrer le certificat permettant à l’élève de quitter l’établissement s’il le souhaite et de limiter le dialogue aux différends financiers entre les familles et les établissements privés.

(avec MAP)

article suivant

Confinez-nous... mais un jour par semaine seulement : la nouvelle suggestion du HCP