Youssoufi le Maghrébin

De ses premières années de militantisme contre la colonisation à son combat socialiste, jusqu’au rêve du Grand Maghreb, Abderrahmane Youssoufi a gardé un lien indéfectible avec les militants algériens de la première heure.

Par

Mohammed V reçoit, en octobre 1956, Youssoufi accompagné des leaders nationalistes algériens Hocine Aït Ahmed, Ahmed Ben Bella, Mohamed Boudiaf et du militant indépendantiste marocain Hafid Ibrahim. Le futur Premier ministre était une passerelle avec les voisins de l’est dans leur combat contre les Français. Crédit: DR

Un militant maghrébin exemplaire, qui œuvre avec dévouement à jeter les passerelles de fraternité et de coopération entre les peuples maghrébins”. C’est ainsi que le président algérien Abdelmadjid Tebboune a qualifié Abderrahamane Youssoufi, vendredi 29 mai, dans un hommage rendu à l’ancien Premier ministre marocain suite à l’annonce de sa mort. “Les Algériens se rappellent encore que le leader maghrébin était parmi les premiers à avoir soutenu la guerre de libération bénie, dès son déclenchement, et coopéré avec ses dirigeants, vu qu’il était en contact permanent avec eux pour libérer la région de l’occupation étrangère abominable”, a écrit le chef d’Etat.

Convergence des luttes

C’est en 1949 que Abderrahmane Youssoufi, alors âgé de 25 ans, fait une première expérience de la solidarité entre militants marocains et algériens pour l’indépendance. Il est alors à Paris où il s’est envolé pour poursuivre ses études de droit. “Je n’avais…

article suivant

Les trois piliers du PLF rectificative 2020