Protectorat : Youssoufi, le résistant

Né en 1924, Abderrahmane Youssoufi aura vécu pleinement la parenthèse “protectorale” du Maroc moderne. Jeune élève issu de Tanger l’internationale, il rejoint la résistance dont il sera plus tard un des fers de lance à Casablanca. Son jeune parcours, tel qu’il le raconte dans ses mémoires relatées à son ami M’Barek Bouderka, se confond avec celui d’un Maroc en quête d’indépendance.

Par

Abderrahmane Youssoufi, aux côtés d’autres chefs de la résistance, lors d’un défilé militaire célébrant la fin de l’exil de la famille royale. Crédit: DR

A toi, moujahid parmi les plus grands moujahidine”. C’est à travers ces mots que, dans son hommage lors des funérailles de Youssoufi, Fathallah Oualalou définit l’homme. “Quand tu es né à Tanger, en 1924, la révolution rifaine était à son apogée. C’était une référence pour toi, dans ta formation de patriote, puisque tu étais encore élève lorsque tu as rejoint le Mouvement national durant la Guerre, sur la même voie que Mehdi Ben Barka”, poursuit-il. L’ancien dirigeant de l’USFP a ainsi résumé le premier acte de foi de l’homme d’Etat.

Premiers galons de résistant

Youssoufi est natif du quartier Dradeb, naguère situé à la périphérie du Tanger cosmopolite des années 1920. C’est dans la ville du Détroit que se…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré