Petits crimes entre Alaouites

Depuis l’avènement de leur dynastie au XVIIe siècle, les souverains alaouites ont souvent dû faire face à leur propre famille. La question de la succession monarchique est au cœur de la compétition pour le pouvoir. Elle est aussi un facteur de crise.

Par

Aujourd’hui, le Maroc renvoie parfois l’image d’un havre de stabilité : un royaume à la dynastie multiséculaire, le deuxième système politique le plus ancien au monde après le Japon. Pourtant, l’apparente continuité dynastique des Alaouites cache mal la guerre pour le pouvoir que se sont souvent livrée frères et cousins, pères et fils, oncles et neveux. L’histoire des origines de la dynastie régnante n’est d’ailleurs rien d’autre que celle d’une guerre fratricide entre deux des fils de Moulay Cherif.

Un duel fondateur

On fait en effet remonter l’épopée des Alaouites à Moulay Cherif, considéré comme le père spirituel de la dynastie. Dans l’anarchie qui suit la mort du sultan saâdien Ahmed Al Mansour, une famille a émergé dans le Tafilalet, les Alaouites, dont l’un des ancêtres, Hassan Addakhil, aurait émigré du Hijaz au XIIIe siècle. Dans les années 1630,…

article suivant

Polémique sur les vols spéciaux, un Paris-Fès en classe éco à plus de 10.000 dirhams