Abderrahmane Youssoufi, l’homme aux multiples vies

Décédé le 28 mai, Abderrahmane Youssoufi laisse un souvenir indélébile dans les esprits des Marocains. Homme d’État par excellence, il offre à la postérité une vie presque centenaire emplie de faits d’armes, et trempée dans l’âtre de l’intégrité. 
Dossier-Hommage.

Par

DR

L’épopée Youssoufi aura couvert l’essentiel d’un siècle qu’il convient d’appeler un siècle de luttes. Né sous le protectorat à Tanger, ce fils de traducteur devenu ensuite employé bancaire, se retrouve à la confluence d’une multitude d’événements qui définiront la trajectoire de son pays. Sa rencontre avec Mehdi Ben Barka en 1942 au lycée Moulay Youssef, à Rabat, sera déterminante. C’est en s’abreuvant au dynamisme inné du jeune Ben Barka, organisateur des premières cellules de résistance istiqlalienne, qu’il est irradié par la fièvre résistante. Libérer le pays à tout prix est son leitmotiv. Le 29 janvier 1944, sous la houlette d’un jeune Abderrahim Bouabid, il participe à une insurrection radicale contre l’occupant, au lendemain du dépôt du Manifeste de l’indépendance. Il est radié de son lycée et rejoint Casablanca, où, préparant son baccalauréat au lycée Lyautey, il s’active dans les usines pour…

article suivant

Vaccin anti-Covid : les doutes des médecins MRE