Loyers impayés : quels recours pour le locataire et le bailleur en temps de crise ?

En cette période de crise sanitaire et économique, plusieurs locataires en difficulté financière ne parviennent plus à payer leur loyer. Risquent-ils l’expulsion ? Que prévoit la loi ? Éléments de réponse.

Par

A Casablanca, les façades des immeubles blancs du quartier Bourgogne.
En temps de crise sanitaire et face à l’impossibilité d’avoir recours à la justice, la solution au problème des loyers impayés doit se trouver à l’amiable et en concertation entre le bailleur, le locataire et, parfois, l’agent immobilier. Crédit: Antony Drugeon

Au début de la crise sanitaire, j’ai perdu mon boulot. Un mois après, j’étais contraint d’évacuer l’appartement que je loue depuis trois ans et de retourner vivre avec mes parents”, raconte Khalid, la trentaine, qui dirigeait une boutique de vêtements à Casablanca. En arrêt de travail depuis le début de la crise sanitaire causée par le nouveau coronavirus, Khalid bénéficiera, jusqu’à fin juin 2020, de l’indemnité forfaitaire mensuelle de 2000 dirhams distribuée par la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) grâce au support du fonds spécial Covid-19. Mais celle-ci reste insuffisante pour couvrir ses charges. “J’avais un salaire de base de 9000 dirhams. Mes charges mensuelles s’élèvent à plus de 7000 dirhams, dont 4500 de loyer. Depuis le début de la crise, je ne fais qu’accumuler les créances”, confie le Casablancais.

Trouver une issue ou remettre les clés

Comme Khalid, plusieurs employés et cadres en arrêt d’activité à cause de la crise sanitaire…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc