Violences physiques, abus sexuels, exorcisme : Ruqia char’iya, la grande arnaque

Nourrie par la pensée salafiste, la ruqia char’iya, ou médecine prophétique, prend aujourd’hui des proportions dangereuses au Maroc. Mettant en danger la santé des personnes, elle mêle violences physiques et abus sexuels.

Par

Dans une salle matelassée comme dans un asile psychiatrique, un homme en qamis blanc, barbe clairsemée et micro soigneusement posé dans le champ de la caméra, répète d’une manière cérémoniale des incantations religieuses sur le sihr… Dans un coin de la cellule capitonnée, une femme couverte de la tête aux pieds gesticule aux rythmes des formules du cheikh, pousse des cris stridents ou des bribes de phrases incompréhensibles. Le ton monte et le cheikh tente de convaincre le “djinn franc-maçon” de sortir du corps de la “possédée”… A la fois troublante et frisant le ridicule, la scène de cette vidéo sur YouTube est savamment orchestrée par Naïm Rabii, un prédicateur qui se décrit comme “l’ambassadeur de la ruqia char’iya”. Il prétend guérir de la possession et combattre la sorcellerie et le mauvais œil en récitant des versets du Coran ou des adi’ya (pluriel de douâa). Il inonde également YouTube…

article suivant

Décès à Paris de l'artiste peintre marocain Mohamed Melehi des suites du Coronavirus