Pour Mehdi Alaoui, “il faut se disrupter avant de se faire disrupter”

Par Mehdi Alaoui

  Pour Mehdi Alaoui, il ne s’agit guère de se contenter d’une digitalisation soft, il faut d’ores et déjà viser l’économie numérique.

 

Pour Mehdi Alaoui, il ne s’agit guère de se contenter d’une digitalisation soft, il faut d’ores et déjà viser l’économie numérique.

Cela peut paraître paradoxal, voire cynique, mais la parenthèse Covid-19 est la meilleure chose qui soit arrivée à la digitalisation. Le Covid-19, c’est l’ambassadeur de la digitalisation. A présent, la prise de conscience autour de l’importance de la transformation digitale est claire. L’étape suivante sera celle de l’opérationnalisation.

Mehdi alaoui
Fondateur de la Factory et vice-président de l’Apebi

Acter un programme de digitalisation massive à l’image d’Imtiaz technologie C’est une belle opportunité qui se présente au Maroc et qui doit être soutenue par l’Etat. Il est nécessaire pour s’en saisir que le ministère chargé de l’Economie numérique crée un programme massif d’investissement pour la digitalisation des entreprises, à l’image du dispositif Imtiaz technologie, dédié à l’investissement dans des produits essentiels au combat contre le Covid-19. Un programme similaire, mais plus généralisé, mené en partenariat avec la CGEM et l’Apebi, peut faire la différence. Son “scope” doit être…

article suivant

Sans avenir, la Botola attend le feu vert des autorités