Meryem Belqziz : “Le Maroc a une carte à jouer sur les services à distance”

Par Meriem Belqziz

  Victime de la résistance de taxis casablancais réfractaires à digitalisation du transport urbain, l’ex-DG d’Uber et ex-BCG Meryem Belqziz 
est bien placée pour apprécier les progrès fulgurants de la dématérialisation par temps de coronavirus. Pour elle, cette phase est féconde en opportunités.

 

Victime de la résistance de taxis casablancais réfractaires à digitalisation du transport urbain, l’ex-DG d’Uber et ex-BCG Meryem Belqziz 
est bien placée pour apprécier les progrès fulgurants de la dématérialisation par temps de coronavirus. Pour elle, cette phase est féconde en opportunités.

Activer rapidement le RSU

Meriem Belqziz, Coach, consultante, ex-DG d’Uber MarocCrédit: Yassine Toumi, TelQuel
Le registre social unifié devait permettre de distribuer des aides directes aux plus démunis au moment de la suppression de la caisse de compensation. Or, ce mécanisme n’a jamais été mis en place. Dès lors que l’Etat a pu, durant la parenthèse Covid-19 verser des subsides à des Ramedistes et des non-Ramedistes, il dispose à présent des moyens de pérenniser ce dispositif. Au Brésil, le système de la Bolsa fonctionne correctement. Il s’agit de s’en inspirer en conditionnant notamment l’aide obtenue par les ménages à la scolarisation des enfants entre autres critères. Ce mécanisme a l’avantage d’impulser un comportement vertueux chez les bénéficiaires.

Miser sur les services de proximité digitalisés

En Europe ainsi qu’en Asie,…

article suivant

Sans avenir, la Botola attend le feu vert des autorités