Loi 22-20 : consomme et tais-toi !

La fuite d’extraits du projet de loi n°22-20 relatif à l’utilisation des réseaux sociaux a secoué la Toile marocaine, qui y a vu une nouvelle muselière pour la liberté d’expression sur le Net. La polémique autour de la pénalisation du boycott, jugée liberticide, s’est transformée en crise de la majorité. Analyse.

Par

Le 27 avril dernier, Mustapha Swinga, créateur de contenu aux 900.000 likes sur Facebook et plusieurs autres dizaines de milliers d’abonnés sur YouTube et Instagram, publiait sur Twitter des captures d’écran de ce qu’il prétendait être le projet de loi n°22.20 dont certains extraits ont eu l’effet d’une bombe sur les réseaux sociaux. Le texte, “relatif à l’utilisation des réseaux sociaux et similaires”, avait été intégré à la dernière minute à l’ordre du jour du Conseil de gouvernement du 19 mars et adopté séance tenante, la veille de l’entrée en vigueur de l’état d’urgence sanitaire. Depuis, et jusqu’au tweet de Mustapha Swinga, plus rien. Pas de trace du texte sur le site du Secrétariat général du gouvernement. Pas de sortie médiatique de l’opposition pour en dénoncer certains articles…

article suivant

Efficacité des vaccins Covid-19 : la bataille des chiffres