Au Parlement, de quoi “l’unanimité moins un” est-elle le nom ?

Alors qu’ils n’étaient qu’une poignée 
de députés à pouvoir voter l’approbation 
du projet de loi relatif au dépassement 
du plafond des emprunts extérieurs, 
le 30 avril, le président de la séance a souligné que 394 députés s’étaient prononcés pour. 
Et un seul contre. Analyse.

Par

Covid-19 : La Chambre des représentants adopte un projet de loi édictant des dispositions relatives à l'état d'urgence sanitaire

Il fallait tendre l’oreille, le jeudi 30 avril, en fin de séance de vote au parlement. Lors d’une plénière consacrée à l’étude et au vote de trois projets de loi, celui relatif au dépassement du plafond des emprunts extérieurs est adopté. À “l’unanimité moins un”, précise le président de la première chambre, Habib El Malki. Et de détailler : 394 personnes pour et une personne contre. En l’occurrence, c’est le député de la Fédération de la gauche démocratique (FGD), Omar Balafrej, qui récidive. Un vote à l’écrasante majorité, mais l’essentiel est ailleurs. Dans le cas d’espèce, c’est davantage la forme que le fond qui inquiète le député réfractaire. “Il y a eu un viol manifeste de la Constitution, d’autant plus grave qu’il est venu du troisième homme du pays”, explique-t-il à TelQuel. Le fait que le président de…

article suivant

DGSN: Ouverture d'une enquête sur le suicide d’un inspecteur par l’arme de service d'un collègue