Rapatriement : vent de folie sur les ambassades étrangères

A la suite de la fermeture des frontières du royaume, les chancelleries étrangères à Rabat sont sorties de leur discrétion coutumière pour organiser le rapatriement de milliers de leurs ressortissants bloqués au Maroc. Un défi logistique et diplomatique, avec ses réussites et ses couacs.

Par

En moins d’une semaine, 49 vols ont été déployés vers le Royaume-Uni et 180 pour la France. Crédit: AFP

L’ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc, Thomas Reilly, est tout étonné de recevoir tous les jours des emails de touristes britanniques qui souhaitent “rentrer à la maison”. “Sur quelle planète vivent-ils depuis six semaines?” Derrière l’humour transparaît le soulagement du diplomate, qui voit le bout de l’opération compliquée de rapatriement de ces ressortissants. De plusieurs milliers le mois dernier, ils ne sont plus que quelques dizaines aujourd’hui à être toujours bloqués au Maroc en raison des restrictions de déplacements liées à l’épidémie de coronavirus. Au cours de cette période, les chancelleries, d’ordinaire tranquilles, se sont muées en cellules de crise improvisées et les employés en standardistes prêts à répondre, sept jours sur sept, aux appels angoissés des touristes pris au piège de la fermeture des frontières maritimes, terrestres et aériennes. En moins de deux mois, ces…

article suivant

Le mandat de la Minurso prorogé pour une durée d’un an