Mia Lahlou-Filali : “Il faut sacraliser le ‘Made in Morocco’”

Par Mia Lahlou Filali

[#Restart, Ep. 3] Le jour d’après sera porteur de sérieuses opportunités pour l’industrie nationale. Mia Lahlou-Filali, DG du groupe Pharma 5 et administratrice de la CGEM, en fait l’inventaire.

Paradoxalement, la crise est une chance énorme à saisir pour notre pays. Le Maroc a démontré ses capacités à ses partenaires étrangers. Son sens de l’anticipation et sa politique d’endiguement de la propagation du Covid-19 sont désormais salués à travers le monde. Outre le volontarisme des pouvoirs publics, les initiatives privées sont également à saluer. Masques de protection, respirateurs… le reengineering des infrastructures de production s’est accompli en un temps record. Il est à noter qu’en ces temps de pandémie, l’industrie pharmaceutique ne fait pas les gros titres. La raison en est simple.

Profiter du contexte: se décomplexer et aller de l’avant

Aucune pénurie de médicament n’est à déplorer dans notre pays. Notre base industrielle, ancrée et opérationnelle depuis au moins cinq décennies, y a veillé. Ce qui n’est pas le cas dans nombre de pays européens. Ce sens de l’excellence dont a fait preuve notre pays doit nous décomplexer, nous pousser…

article suivant

Migrants et réfugiés, la double peine face à la pandémie (Oxfam)