Casablanca : comment les autorités veulent garder “un ou deux coups d’avance” sur le virus

Région la plus touchée par le coronavirus, Casablanca-Settat a dépassé la barre symbolique des mille personnes infectées. Malgré une capacité hospitalière proche de la saturation, les autorités de la capitale économique peuvent s’appuyer sur d’autres cartes pour résister à la crise, notamment le volontariat. Immersion dans une gestion de crise.

Par

La corniche de Casablanca, le 7 avril. Crédit: Yassine Toumi/TelQuel

Les heures défilent et le compteur continue de tourner. À quelques heures du dernier weekend d’avril et du ramadan, la région Casablanca-Settat a franchi le palier des 1000 cas de coronavirus, soit près du quart des personnes contaminées sur l’ensemble du royaume. Un chiffre à relativiser, au regard de la grande densité de population de la métropole : plus de trois millions d’habitants intramuros. Pour les autorités régionales néanmoins, la vitesse de propagation du virus et l’apparition récente de nouveaux foyers inquiètent. En toile de fond, la même question récurrente : comment tenir le choc face aux coups de boutoir assénés par le Covid-19 ?

Anticipation, organisation et aménagement

La résilience, c’est avant tout une affaire d’anticipation, selon le wali de la région, Saïd Ahmidouch : “Les moyens dont nous disposons sont…

article suivant

10 août : 18 morts et 826 nouveaux cas en 24 heures