YOUDA, le porte-voix des ouvrières agricoles en temps de pandémie

En partenariat avec la Fondation Heinrich Böll, le Groupe des jeunes femmes pour la démocratie lance YOUDA, une campagne de sensibilisation sur les réseaux sociaux qui vise à rendre visibles les discriminations et les violences que subissent les ouvrières agricoles au Maroc.

Par

En plus des conditions de travail difficiles et des agressions sexuelles, les travailleuses agricoles souffrent aussi du manque d’accès aux soins, au droit et à la justice, notamment “à cause de la complexité des procédures pour dénoncer les violences physiques et sexuelles dont elles sont victimes”. Crédit: Yassine Toumi/TELQUEL

L’agriculture est un domaine sans loi, il y a des ‘cabrane’ qui te violentent, d’autres qui te manquent de respect ou qui t’imposent de faire des choses que tu ne veux pas faire… Les femmes n’ont pas vraiment le choix, celles qui n’ont rien à manger préfèrent travailler, même si les conditions sont horribles, ce sont souvent elles qui subviennent aux besoins de leurs enfants”, raconte Manal, 29 ans, dans une capsule diffusée sur la page Facebook du Groupe des jeunes femmes pour la démocratie (GJFD). “Nous travaillons de 5 heures à 17 heures et nous ne bénéficions d’aucune couverture sociale. Si par malheur, nous tombons malades, ce sont des jours de travail que nous perdons et pour lesquels nous ne serons pas payées. On ne nous traite pas avec dignité, si on commet une petite erreur, on…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc