Fermeture des frontières : la galère des Marocains coincés à l’étranger

Victimes collatérales des fermetures de frontières pour endiguer 
le coronavirus, des milliers de Marocains sont pris au piège depuis que le royaume est devenu une forteresse. Entre système D et sentiment d’abandon, 
ils racontent leur quotidien.

Par

Contraints de rester à quai, ces Marocains font face à une tâche ardue : gérer une situation inédite, avec des mesures de confinement parfois drastiques, dans des pays inconnus. Crédit: KARIM SAHIB / AFP

Il faut se l’imaginer pour comprendre. Et encore, ça ne suffirait pas”. Quand Mohamed Alae a posé pied au Canada, mi-octobre, il pensait ouvrir un nouveau chapitre de sa vie. Construire la sienne ailleurs, et découvrir un nouvel environnement, en attendant mieux. Financier au Maroc, à “un bon poste”, les premiers mois d’adaptation outre-Atlantique se sont avérés rudes. Ses diplômes français et marocains n’étant pas reconnus, il se tourne rapidement vers du travail général, des petits boulots “trop physiques et mal payés” : entre 600 et 700 dollars canadiens (4400 à 5200 dirhams). Une récompense bien maigre pour survivre à Montréal, où il habite d’abord en colocation. Il arrête et prend son mal en patience.

Parmi ces 16.000 Marocains coincés à l’étranger, 2218 bénéficient d’une assistance financière qui porte sur le logement, la nourriture 
et les soins médicaux

Le 28 janvier 2020, le Canada déclarait son…

article suivant

Alors que la RAM s'empare du créneau des low-costs, Marrakech “passe à l’offensive” pour sauver sa saison hivernale