Face à la pandémie, le CHU Ibn Rochd confronté à des choix difficiles

Face à la pandémie de Covid-19, le CHU Ibn Rochd de Casablanca a fait le choix de prioriser les patients contaminés par le nouveau coronavirus, quitte à en abandonner d’autres. Une situation qui met le personnel soignant face à un dilemme éthique difficile. 

Par

Le CHU Ibn Rochd, à Casablanca. Crédit: DR

Le nombre grandissant de patients malades du Covid-19 (1.346 ce jeudi 9 avril à 10 heures), notamment ceux qui nécessitent une prise en charge en réanimation, met le Centre hospitalier universitaire Ibn Rochd (CHUIR) de Casablanca face à un dilemme : consacrer le maximum de services nécessaires à la lutte contre le nouveau coronavirus ou continuer la prise en charge des centaines de patients qui souffrent d’autres maladies ? Un choix compliqué puisque le CHUIR, qui regorge de compétences humaines matérielles et techniques, est un centre de référence pour plusieurs types de maladies, mais aussi pour la prise en charge des pathologies lourdes et compliquées.

Le coronavirus, une priorité

L’essentiel pour nous est de traiter les patients atteints de coronavirus. Nous sommes en crise, et en situation de crise, il faut faire des sacrifices”, explique un professeur…

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi